Hallux valgus – FAQ

Avant l’opération pour hallux valgus :

Par qui dois-je me faire opérer de l’hallux valgus ? La personne la mieux placée pour juger des résultats chirurgicaux est votre médecin traitant qui voit régulièrement revenir ses patients opérés d’un hallux valgus et se fait une idée précise sur le chirurgien. Beaucoup de patients viennent par ailleurs « de bouche à oreille » conseillés par une amie satisfaite.

Combien cela va-t-il me coûter ? L’opération est prise en charge entièrement en ce qui concerne la sécurité sociale. Néanmoins la majorité des chirurgiens sont en honoraires libres et peuvent vous demander un dépassement d’honoraires, éventuellement remboursé par votre mutuelle, avec une facture. Cela est à préciser clairement avant l’intervention.

Dois-je voir l’anesthésiste ? La consultation est obligatoire même si le patient sort le jour même, même si l’anesthésie n’est pas générale. Elle doit se faire entre un mois et trois jours avant l’opération. L’anesthésie locale sensitive exclusive du pied est la plus utilisée. Elle peut cependant être  générale, locorégionale par péridurale ou par un geste derrière le genou. L’anesthésiste offrira le choix au patient, à condition que son dossier médical le permette.

Que dois-je amener pour l’intervention ? En dehors des affaires de toilette habituelles, il faut penser à amener ses papiers administratif, ainsi que les radiographies.

L’hospitalisation :

Quelle est la durée de l’hospitalisation ? Selon le geste chirurgical prévu, les habitudes du chirurgien, le contexte social du patient, la durée peut aller de quelques heures à 2 à 3 jours.

Dans la grande majorité des cas la prise en charge est ambulatoire.

Quand vais-je marcher ? En principe, dès l’intervention, la marche est possible, au domicile pendant 2 à 3 jours sur le gros pansement de bloc servant de chausson. cela permet de prendre confiance lors de l’appui sur la zone opérée. Après le premier pansement fait à domicile, l’appui est autorisé avec la chaussure médicalisée. Il est indispensable dans tous les cas de bien surélever le membre pour lutter contre l’oedème dès lors que l’on n’est pas debout.

L’opération :

Combien de temps dure-t-elle ? En général, selon le ou les gestes prévus, une opération pour hallux valgus dure entre 15 et 25 mn, parfois plus.

Peut-on faire les deux pieds en même temps ? Cela est techniquement possible, mais déconseillé car la récupération sera beaucoup plus laborieuse, le patient ne pouvant être aidé par un membre valide.

Quelle technique va être utilisée ? Cela doit avoir déjà été l’objet de la consultation chirurgicale. Les précisions portent sur la technique, classique ou mini-invasive, voire les deux, la mise en place ou non d’implants métalliques, la localisation et taille des cicatrices, l’utilisation ou non d’un drain.

Serais-je opéré(e) par le chirurgien qui m’a vu en consultation ? Oui il s’agit d’un principe indéfectible.

Vais-je entendre comme chez le dentiste les bruits des outils du chirurgien ? Même sous anesthésie locale pure, il est possible d’administrer des médicaments permettant de se détendre et de diminuer le niveau de conscience.

Vais-je voir mon chirurgien au bloc ? Oui, il viendra vous saluer et vérifier de façon ultime le côté à opérer.

Le post-opératoire immédiat :

Vais-je avoir mal ? L’anesthésie locale  protège pendant plusieurs heures, délai mis à profit pour débuter le traitement par cachets. L’anesthésie générale est suivie pendant l’hospitalisation de prescription d’antalgiques de familles et d’action variés  pour passer le cap post-opératoire. Dans ces conditions on peut réellement affirmer que les douleurs effroyables rapportées par nos grand-mères ont disparues.

Quand me fait-on le premier pansement ?  Le premier pansement est fait à domicile,  3 jours après l’intervention. L’appui, autorisé dès le départ se fait alors avec la chaussure médicalisée. Les pansements par la suite se font au rythme de 3 par semaine pendant 15 jours. Il ne faut pas le mouiller, enfermant le pied dans un sac en plastique sous la douche.

Vais-je avoir des piqûres d’anti-coagulants ? Cette pratique n’est pas officiellement admise, mais pratiquée par beaucoup de chirurgiens pour minimiser le risque de phlébite, pendant une durée de 10 jours.

Quand vais-je marcher ? : voir « Hospitalisation »

Les suites opératoires :

Doit-on retirer des fils de suture ? Les fils sont résorbables ou non, selon le chirurgien. Dans ce dernier cas, on les retire autour du 15° jour post-opératoire.
Quand peut-on mouiller la cicatrice ? Après l’ablation des fils, donc au-delà de 15 jours.

Quand vais-revoir mon chirurgien ? Le premier rendez-vous se situerais le 21° jour.

Que va-t-on faire au premier rendez-vous ? Le chirurgien va contrôler la cicatrice, vérifier les radiographies que vous aurez fait le jour même ou la veille, donner de la rééducation afin que le kinésithérapeute mobilise les orteils, masse les cicatrices pour les décoller, lutte contre l’œdème, vous aide à retrouver un schéma normal de la marche en déroulant bien le pas. En principe la chaussure de marche éventuellement prescrite est abandonnée, au profit d’une chaussure du commerce à femelle molle, permettant ainsi la récupération de la mobilité des orteils. Dans le cas d’une arthrodèse, il faudra à l’inverse une chaussure à semelle rigide.

Doit-on toujours surélever le membre ? La lutte contre l’œdème doit être permanente, prolongée jusqu’à sa disparition qui peut prendre plusieurs mois. Il est conseillé de placer des cales sous les pieds du lit plutôt que de mettre un oreiller sous le matelas, et de poser le pied sur un tabouret quand vous êtes assis.

Quelle est la durée d’arrêt de travail ? Il dépend bien sûr de la nature du travail, mais également des transports : il est par exemple déconseillé d’avoir à piétiner debout à son travail, ou d’avoir à faire une demi-heure de métro matin et soir pendant 21 à 45 jours selon le cas. Cela doit avoir été évalué en pré-opératoire, afin de ne pas avoir de mauvaises surprises.

Quand peut-on conduire une voiture ? Un délai de 30 jours est habituel, cependant une grosse basket peut permettre de reprendre la conduite beaucoup plus tôt.

Dois-je arrêter de fumer ? Il est fortement conseiller d’arrêter de fumer dans les suites opératoires, au moins pendant la phase de cicatrisation cutanée. En effet, l’inhalation de nicotine contenue dans la cigarette a pour effet de contracter les vaisseaux sanguins qui amènent les éléments de la cicatrisation, et la retarde donc. Dans le même ordre d’esprit, le médecin en cas de doute vous demandera de faire un doppler des vaisseaux pour dépister un problème veineux ou artériel. Le glaçage de la cicatrice atténue les douleurs mais provoque les mêmes réactions que la nicotine ; il est formellement déconseillé.

Le rendez-vous du 45° jour

Est-il normal que l’œdème soit encore présent ? Oui cela est parfaitement normal. Les règles décrites plus haut s’appliquent encore, de façon certes moins rigide. L’œdème sera le dernier symptôme à disparaître, au bout de plusieurs mois, et en fonction de la qualité de l’état veineux des membres inférieurs de la patiente.

Comment me chausser ? Le port de chaussures normales du commerce est possible à ce stade. Parfois une pointure supérieure d’une taille est nécessaire jusqu’au 3° mois. Le port de chaussures pointues ne sera pas possible pour toutes les femmes, le cas échéant, le délai est au-delà du 3° mois.

Quand puis-je reprendre le sport ? La natation ou la gymnastique en salle et le vélo  peuvent être repris vers le 30° jour, les autres sports autorisés vers le 2° mois.

Faut-il faire des semelles ? Elles ne sont pas systématiques mais peuvent être utiles car les appuis au sol sont possiblement modifiés par l’intervention. Par ailleurs, en cas de pied plat valgus, le talon est déjeté en dehors et le poids du corps se porte du côté du gros orteil : pour prévenir la récidive, il est alors indispensable de faire des semelles chez un podologue. Le délai à respecter après chirurgie est au minimum de trois mois.

A distance :

Peut-il y avoir des récidives ? Les récidives sont toujours possibles, en particulier chez les femmes opérées jeunes dont l’espérance de vie est longue, possiblement émaillée de déformations nouvelles. Cependant depuis que les gestes osseux sont pratiqués, l’architecture de fond du pied étant modifiée, les récidives sont moins nombreuses et moins sévères. Si une analyse d’ensemble du problème n’a pas été réalisée, des conséquences peuvent survenir non seulement au niveau du gros orteil, mais également des autres, avec apparition notamment de douleurs sous l’avant-pied et rétraction des orteils en griffe. Un enraidissement de l’articulation à la base du gros orteil peut également survenir.